Temoignage

Cher lecteur, chère lectrice,

Je suis né dans une famille chrétienne, mais je ne suis pas né pour autant croyant. Depuis mon enfance, mes parents m’ont élevé, avec mes frères, selon les valeurs d’amour et de partage, de joie et de bienveillance, de respect et d’honneur, de fidélité et loyauté, de paix et d’espérance dont la Bible fait écho pour tout être humain. Ils m’ont aussi transmis les enseignements de Jésus-Christ, l’amour de mon prochain, la charité, la compassion, l’écoute, m’initiant à lire et chercher à comprendre ce que la Bible me révèle. Dire que j’ai connu une enfance sans peine serait mentir, comme tout à chacun, je suis passé par des hauts et des bas, des relations tendues par moment avec mes parents, des disputes avec mes autres frères, des passages difficiles de l’adolescence, j’ai même eu un passage de ma vie où j’étais devenu très légaliste pouvant blesser et faire du mal autour de moi alors que la Bible m’apprenait à ne pas juger autrui. Je ne supportais même pas que l’on ne pense pas comme moi ou que l’on ne vive pas les choses comme moi, pratiquant des choses que même ma conscience réprouvait.

En me rendant à un camp de jeunesse, je me suis rendu compte que je vivais religieusement avec mes dogmes, mes vraies-fausses vérités que je m’étais faites de ma lecture personnelle de la Bible. Lors de ce camp, j’ai pris pleinement conscience d’un verset de la Bible qui dit que « la lettre tue, mais l’esprit vivifie » (Deuxième lettre de Paul aux Corinthiens 3 v. 6). En effet, j’en étais arrivé à vivre ce que je croyais être la vie d’un croyant, appliquer à la lettre ce que j’avais reçu de mes parents ou lu dans la Bible sans pour autant connaître personnellement la personne de Jésus-Christ. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de Lui donner mon cœur et de Lui confier la direction de ma vie réalisant pleinement le sens de ce verset de la Bible : « Car Dieu a tant aimé le monde, qu’Il a donné son Fils unique Jésus-Christ, afin que quiconque croit en Lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle. » (L’Evangile selon Jean 3 v. 16).

Si aujourd’hui je crois, ce n’est pas par tradition familiale, c’est que j’ai reconnu mon état de pécheur car par mes actes, mes pensées, mes croyances, je désobéissais à Dieu et à tout ce qu’Il dit et enseigne dans la Bible. J’ai demandé pardon à Dieu qui a payé ma dette, car d’après la Bible, mes actes valaient la mort. Jésus-Christ a, une fois pour toute, payé la dette de tous les péchés, de tous les hommes et femmes, de toute génération depuis près de 2000 ans. Aujourd’hui encore est un jour où Dieu fait grâce à quiconque croit en cela, confesse son état de pécheur et se laisse envahir et diriger par Lui.

J’ai choisi de suivre et d’imiter Jésus-Christ, et qu’en est-il de toi ?

Timothée