AVEC QUI ME MARIERAI-JE ?

celibataire-monegliseannecy

Etant donné que la plupart d’entre nous ne sommes pas fait pour vivre seuls (Genèse 2v18 « Il n’est pas bon que l’homme soit seul »), la question se pose.
Pour que cette question trouve une réponse satisfaisante, il faut être convaincu que Dieu nous aime, qu’il veut le meilleur pour nous, qu’il a de bons projets à notre égard : Jérémie 29v11 « Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance. »

Les conseils qu’il nous donne ce sujet dans la Bible qui est sa parole inspirée à sont donc judicieux et sages. « Avec qui me marierai-je ? »

Dans les temps que nous vivons et face aux déviations qui ont cours, il n’est pas inutile de rappeler que pour Dieu le mariage est l’union officielle et permanente d’un homme et d’une femme qui s’engagent mutuellement pour la vie. Genèse 2v24 : « C’est pourquoi, l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme et les deux deviendront une seule chair » Dieu fait la différence entre le mariage qu’il approuve et le concubinage qu’il désapprouve : Jean 4v17 « Tu as eu raison de dire que tu n’as point de mari, car tu as eu cinq mari et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari, en cela tu as dit vrai.» Hébreux 13v4 : « Que le mariage soit honoré de tous »

1) Je me marierai avec quelqu’un qui partage ma foi :

Pour avoir ignoré ce principe, Salomon qui avait si bien commencé sa vie avec Dieu, l’a très mal finie : 1 Rois 11v1à10. Ce même principe est rappelé dans le Nouveau Testament : 2 Corinthiens 6v14à18. Attention à ne pas unir sa vie à quelqu’un qui n’est pas réellement converti mais qui accepte de prendre le baptême uniquement pour pouvoir se marier !

2) Je me marierai avec celui (ou celle) que Dieu m’a destiné : Genèse 24v10 à 21

Bien sûr, dans ce récit, le contexte culturel est tout à fait différent de ce que nous connaissons aujourd’hui puisque en ce temps-là, les parents organisaient le mariage de leurs enfants. Aujourd’hui ce sont les jeunes gens qui se choisissent mutuellement. Mais cependant au-delà des particularités historiques, il se dégage de ce récit des principes qui sont encore valables de nos jours Il faut être convaincu que Dieu désire nous diriger : Psaume 32v8et9. « Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre; Je te conseillerai, j’aurai le regard sur toi. Ne soyez pas comme un cheval ou un mulet sans intelligence; On les bride avec un frein et un mors, dont on les pare, Afin qu’ils ne s’approchent point de toi. » C’est cette conviction qu’avait le serviteur d’Abraham qui avait été envoyé pour trouver une épouse pour Isaac le fils d’Abraham.

Il faut bien sûr être désireux de faire la volonté de Dieu et non pas n’en faire qu’à sa tête, demandant ensuite de bénir ce que nous avons décidé : Proverbes 11v3. « L’intégrité des hommes droits les dirige, Mais les détours des perfides causent leur ruine. » « Oui mais comment connaître sa volonté ? » Il faut bien sûr commencer par prier (c’est ce qu’a fait tout d’abord le serviteur) pour que Dieu nous conduise dans ce domaine de notre vie sentimentale, afin que nous évitions les erreurs et que nous comprenions le plan de Dieu pour nous.

Si nous désirons réellement faire le bon choix, c’est-à-dire le choix que Dieu approuve, il nous conduira au travers des circonstances, comme ce fut le cas dans ce récit. Ainsi les choses se feront d’une manière simple et naturelle. Il ne faut pas s’attendre à des « grandes » révélations. Cela peut parfois être le cas, mais c’est rare. Je précise qu’un chrétien s’abstient de tourner autour de toutes les filles ou de tous les garçons jusqu’à ce qu’il (ou elle) ait trouvé « la bonne poire ».

3) Quand un sentiment nait dans notre cœur…que faire ?

Tout d’abord ne pas se précipiter, il faut éprouver ses propres sentiments : Proverbes 29v11. « L’insensé met en dehors toute sa passion, Mais le sage la contient » Vérifier que mes sentiments sont profonds : bien sûr pour se marier il faut se plaire ; l’attirance physique a donc son importance (voir livre du Cantique des cantiques), mais bâtir tout son avenir essentiellement sur cet aspect est une erreur. On s’unit a quelqu’un pour la vie et il faut savoir, qu’avec le temps la passion physique s’apaise, mais le véritable amour demeure et même grandit au fur et à mesure que les années se succèdent ET CELA C’EST FORMIDABLE ! Cantique des cantiques 8v6et 7. « Mets-moi comme un sceau sur ton cœur, Comme un sceau sur ton bras; Car l’amour est fort comme la mort, La jalousie est inflexible comme le séjour des morts; Ses ardeurs sont des ardeurs de feu, Une flamme de l’Éternel. Les grandes eaux ne peuvent éteindre l’amour, Et les fleuves ne le submergeraient pas; Quand un homme offrirait tous les biens de sa maison contre l’amour, Il ne s’attirerait que le mépris ». Ce passage souligne le fait que l’amour qui unit un homme et une femme se doit d’être permanent. Pour des chrétiens le divorce ne doit donc pas être considéré comme une solution envisageable en cas de difficulté. Matthieu 19v4à6 «L’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme…. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint »

Vérifier que les sentiments sont durables : se méfier du « coup de foudre »… certain(e)s « tombent amoureux(ses) » à répétition. Au bout de quelques jours, semaines ou mois,… ça leur passe ! Se poser les bonnes questions : « est-ce que je suis réellement prêt (ou prête) à passer toute ma vie avec lui (avec elle), est-ce que mes sentiments sont assez forts pour ça ? »

Il est sage de demander conseil à des gens sérieux, spirituellement solides et moralement mûrs, des gens d’expérience et discrets, qui ne trahiront pas notre confiance : Proverbes 27v9. « L’huile et les parfums réjouissent le cœur, Et les conseils affectueux d’un ami sont doux. » Il est également nécessaire de tenir compte des différences de culture, d’éducation, de niveau d’instruction, d’âge, de niveau d’engagement spirituel et ..des problèmes de santé : ce ne sont pas des obstacles absolument insurmontables, mais il est bon d’y réfléchir avant de s’engager : Proverbes 16v20. « Celui qui réfléchit sur les choses trouve le bonheur, Et celui qui se confie en l’Éternel est heureux. » C’est une erreur de ne pas vouloir aborder ces questions, de faire semblant de ne pas les voir avant puisque de toute manière elles se poseront après. Il faut avoir le courage de s’interroger: « suis-je prêt à y faire face ? » On ne se marie pas par pitié, par compassion ou par dépit mais par amour. Il doit s’agir d’un amour authentique.

Conclusion :

Cette décision concernant notre vie affective est après la conversion la décision la plus importante que nous ayons à prendre. Comme on se marie pour la vie, il est important de faire le bon choix. Ne pensez pas que cet objectif soit inaccessible. Il est possible de ne pas se tromper. Soyez donc prudents, sensés et lucides ; mais également pleins de foi dans l’amour de Dieu qui s’intéresse à cet aspect de notre vie dans lequel il désire que nous connaissions le bonheur. N’ayez pas peur !